SYLVIE FAITY
Praticienne Qi Gong
Éducateur de Santé en Médecine Chinoise
Praticienne Feng Shui -Bazi
SIRET : 841 189 889 00014 / APE 9609Z
2018 par Sylvie Faity. Créé avec Wix.com
Tel : 05.49.59.11.41
        06.04.53.69.20
Courriel : sylvielesouffledudao@gmail.com
LE SOUFFLE DU DAO
Méthodes Traditionnelles Chinoises de Santé 
1 rue de la cour Morand
86600 SAINT SAUVANT
Dernière mise à jour le 12.09.2019

Le Souffle du Dào 

Pourquoi ce nom?        Pourquoi ce logo?

Le souffle c'est la vie qui est ancrée au plus profond de nous, dans nos cellules.

Le Dào: la voie, le chemin.

De mon expérience, les cours de Qi Gong peuvent permettre pour chacun d'entre nous  de trouver son chemin de vie, de prendre conscience que chaque cellule de notre être est dans ce souffle, ici et maintenant.

Vivre à chaque instant, ce moment présent.

Le souffle et la vie sont indissociables.

En effet, la vie dans sa fragilité et sa nature éphémère est comme un souffle qui laisse ses traces dans la matrice universelle.

Le souffle nous met en contact avec différents niveaux de vies, comme des cosmos différents vivant à des vitesses et des cycles différents.

La respiration de la vie organique prend son inspiration le jour au lever du soleil et expire la nuit au coucher du soleil.

La terre, elle, prend son élan respiratoire aux cycles des saisons. Et si la cellule n’existe que quelques secondes par rapport à l’homme, celui-ci ne vit pas plus par rapport à la terre. Chaque forme de vie possède son rythme propre et compte son nombre spécifique de souffle par vie.

Bien que nous effectuions en moyenne 15 000 respirations par jour : cela vaut la peine d'en effectuer une partie amplement et en pleine conscience afin de profiter pleinement de ses bienfaits. Après tout la vie nous est prêté un souffle à la fois !

Dans toutes les croyances de la planète, le souffle qui prend son origine dans le mot latin « spiritus » est le symbole de vie et son sens est souvent confondu avec l’esprit. Ici, l’esprit sera synonyme de prana, dont la définition sanskrit « Pra » qui signifie primordial et « Na » qui signifie petite unité de lumière.

Néanmoins, étant le véhicule de l’esprit, le souffle engendre la vie, la protège et la perpétue.

Depuis le début des temps, on considère le souffle comme un substrat indispensable à la création, voyant dans le souffle une source de beauté, de vie et d’expansion.

Le souffle peut aussi transformer notre rapport au temps et nous faire basculer dans une dimension qui transcende le temps. En fait, le temps d’une respiration peut être ressenti comme le présent.

En réunissant le corps, le mental et le souffle dans l’unité du temps on s’immobilise et  on s’immortalise.

Le souffle est créateur et sait tous les secrets, en circulant librement en tout lieu, il devient l’expression divine.

Ainsi, savoir capter, diriger et maîtriser le souffle, nous donne accès à une part de la divinité et contribue à la maturation de la conscience.

Voilà pourquoi, je tiens à explorer avec vous la puissance de la science du souffle ; un des procédés qui mène à la méditation pure et profonde qu’on appelle Essence : respiration spirituelle. On dit que l’on n’inspire pas la force vitale mais qu’en respirant on éveille la force de vie, de manifestation en nous.

La conscience de l’inspiration et de l’expiration mène à un état qui est une porte d’entrée à l’éveil. Le souffle porteur de force vitale (prana) est le véhicule de la pensée et donc savoir fixer son attention sur la respiration devient un moyen merveilleux de préparer le terrain à la méditation en calmant le mental. De plus, concentrer sur l’espace entre l’inspiration et l’expiration a pour effet d’inviter la conscience à se tourner vers l’intérieur favorisant la reconnaissance et la fusion avec l’espace de vacuité et de silence intérieur dont la source du Soi.

Tout ce qui est inspiré, se crée à partir du néant et tout ce qui est expiré devient un avec la totalité cosmique. Soyons conscients qu’en inspirant, nous recevons du monde, et qu’en expirant, nous redonnons au monde.

À chaque souffle, la conscience s’immerge de toutes possibilités et s’harmonise avec la meilleure possibilité de manifestation du moment. C’est la clé de la réorientation du mental, soit l’ouverture de la conscience et du cœur.

S’arrêter pour observer sa respiration c’est apprendre à se connaître, c’est aussi se réapproprier le pouvoir de maîtriser sa vie. Il est assez particulier de parler d’une fonction physiologique et pratique telle que la respiration de manière aussi ésotérique et énigmatique.

Mais l’importance de la qualité de notre souffle, est capable de nous amener très loin dans la connaissance de ce qui nous habite.

Le souffle révèle nos états d’âmes et qualifie notre rapport à la vie. Il peut facilement être perturbé par la turbulence et le stress du quotidien mais il est clair que le souffle, nous ramène, toujours à l’essentiel. Le souffle nous interpelle à sa manière.

Êtes – vous à bout de souffle ?  Êtes –vous sur votre second souffle ? Changer vous d’idées à chaque souffle de vent ? Vivez –vous des moments d’une intensité à vous couper le souffle. Lorsque nous oublions que nous respirons, nous mettons en échec l’écoulement de la vie en nous et nous ratons une opportunité de voir clairement ce qui se passe intérieurement.

 

Observons notre respiration attentivement …Une difficulté à inspirer peut refléter un malaise à recevoir et exprimer un refus de se laisser pénétrer par la vie ; une difficulté à expirer peut refléter une résistance   à donner et exprimer un désir de tout contrôler. Par ailleurs, une difficulté à retenir le souffle peut affirmer une peur du manque et un défaut d’équilibre dans votre vie.

Le souffle ou la respiration, de par sa position intermédiaire entre la volonté consciente et la régulation inconsciente, apparaît comme un moyen unique d’approche du corps, avec ses sensations, ses pensées, ses actions, ses mécanismes internes et ses émotions les plus intimes. Dans son essor l’inconscient est projeté dans la conscience, et c’est ainsi que le souffle s’avère le lien de communication entre le visible et l’invisible, le défini et l’indéfinissable. Sans le souffle le corps physique ne peut naître. Sans lui le « je » comme nous le connaissons ne peut exister dans un corps conscient. Sans lui, nous ne possédons pas non plus le pouvoir de nous recréer, de changer qui nous pensons être pour devenir ce que nous sommes. Le souffle, étant le fil conducteur de la vie, anime notre essence naturelle ouvrant la porte à notre potentiel devenir.

 

En respirant consciemment, suivant différents rythmes et modèles respiratoires nous pouvons réorganiser ce que nous pensons, ce que nous ressentons, ce que nous percevons jusqu’à réinventer notre existence. Enfin, il s’agit d’arrêter, d’écouter, et de décoder le langage subtil du souffle pour mettre fin aux périples du mental et conquérir la résistance de nous renouveler à chaque instant. C’est alors que la de force vitale s’unit à l’essence profonde pour nourrir notre être véritable.